pied gauche

 

Politique & Société

Forum > Politique & Société > Débat contradictoire sur l'Avenir en commun

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Saint Général Lancefer

14/11 (12:41)

avatar

Général Cordon sanitaire

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Dograde

Bonjour la communauté,

Comme vous le savez sans doute, Jean Luc Mélenchon est candidat aux prochaines élections présidentielles. Au délà de la personne, il porte toujours le programme de l'Avenir en Commun présenté en 2017 qui va subir des modifications. A ce jour, c'est le seul candidat, et évidemment, le seul programme que l'on ait à débattre sur une proposition politique.
J'aimerais le mettre en débat ici à certains esprits critiques aiguisés. Je me fous du candidat, je voudrais vraiment parler de certaines propositions "phares" pour les critiquer.

Pour information, vous trouverez l'ensemble du programme ici.

Il y a 124 pages, donc je propose de recentrer sur des mesures précises :

1. La proposition d'une Assemblée Constituante

L'idée ici est de provoquer un grand débat démocratique sur les règles du jeu pour "refonder le peuple". Une constituante sera appelée à définir la Constitution qui sera ensuite adoptée par Référundum, sachant que les Constituant ne pourront plus ensuite siéger à d’autres assemblées. La préférence est à un régime parlementaire, avec une proportionnelle, un gouvernement nommé et responsable devant le parlement, et l’introduction du RIC : référundum d’initiative citoyenne, ayant notamment un aspect révocatoire. Il est également question de vouloir inscrire dans la future Constitution la non-marchandisation du corps (ce qui se matérialise entre autre par l’introduction de l’IVG dans la Constitution, et il me semble l’interdiction de la GPA).
La question épineuse de la désignation est la Constituante est approchée dans un livret thématique datant de 2017 : « il paraît pertinent de combiner élection, pour permettre au peuple de trancher entre des orientations programmatiques distinctes, et tirage au sort, pour diversifier le recrutement des membres de l’assemblée constituante. Afin de déterminer la part d’élection et la part de tirage au sort, le plus sage (et le plus démocratique) sera de s’en remettre à la souveraineté populaire. Le jour du scrutin, chaque citoyen·ne pourra choisir soit de voter pour des candidat·e·s (chaque liste obtiendra un nombre de sièges proportionnel aux suffrages qu’elle aura recueillis), soit d’exprimer sa préférence pour une désignation par tirage au sort (si X % optent pour le tirage au sort, X % des sièges sont pourvus par tirage au sort).z

2. La planification écologique

Il s’agit d’un ensemble de mesure de long terme en faveur d’une bifurcation de l’économie actuelle. On peut parfois entendre parler de décroissance, mais le mot étant mal connoté, il est rarement utilisé ainsi. En effet, on peut largement augmenter le PIB en faisant plein d’externalités négatives, ou même en ne faisant rien.
Pour résumer, il s’agit d’inscrire dans la Constitution la règle verte, à savoir qu’il n’est pas possible de prélever plus que ce que la nature peut reproduire. Il s’agit d’une règle très abstraite, mais dont l’idée est de poser un cadre législatif pour le reste de la production et des futures lois. Dans ce choix écologique, il y a notamment la volonté de sortir du nucléaire qui creuse des fractures importantes idéologiques.

Il y aurait une volonté de supprimer la privatisation du secteur de l’énergie en nationalisant GDF/EDF, passer au 100% renouvelable d’ici à 2050, abandonner les EPR. Sur ce point précis, pensez vous que cela soit utopique ?

3. Renégocier les traités européens

Sans parler encore du programme économique, la planification écologique va demander des investissements massifs incompatibles avec le traité de Maastricht. On le voit, avec la crise sanitaire, on a mis plus ou moins 100 milliards sur la table, ce qui correspondait à la dépense du programme en 2017 et à l’époque, c’était considéré comme totalement irresponsable.

Deux plan sont proposés :

Le plan A : proposer une Europe sociale et écologique par négociation

[=o] Abandonner définitivement les règles budgétaires européennes et la surveillance des budgets nationaux par la Commission
[=o] Mettre fin à l’indépendance de la Banque centrale européenne en modifiant ses missions et statuts pour autoriser le rachat de la dette publique directement aux États et à l’Union européenne
[=o] Annuler la dette des États membres et de l’Union européenne en transformant la totalité du stock en dette perpétuelle à taux d’intérêt nul
[=o] Pérenniser le droit pour les États de venir en aide aux secteurs et entreprises stratégiques
[=o] Mettre en place un protectionnisme écologique et solidaire
[=o] Mettre fin au dumping à l’intérieur de l’UE par une politique volontariste et rapide d’harmonisation sociale et fiscale par le haut
[=o] Refonder la politique agricole commune pour garantir la souveraineté alimentaire, la relocalisation et l’agriculture écologique et paysanne
[=o] Mettre en œuvre la bifurcation écologique en abandonnant le marché carbone et en mettant en œuvre une véritable politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre
[=o] Faire du droit à l’eau un droit fondamental partout en Europe

Personnellement, je ne suis en contradiction avec ces points. Bien sûr dans une Europe majoritairement libérale actuellement et dans son histoire, on arriverait au plan B plus problématique :

[=o] Bloquer la contribution française au budget de l’Union européenne et au plan de relance européen qui lui est adossé
[=o] Réquisitionner la Banque de France pour transformer l’euro en monnaie commune et non plus unique
[=o] Construire de nouvelles coopérations avec les États qui le souhaitent en matière sociale, écologique, culturelle, éducative, scientifique, etc.
[=o] Proposer une alliance des pays d’Europe du Sud pour sortir de l’austérité et engager des politiques de bifurcation écologique et sociale
[=o] Renforcer la participation française aux programmes de coopération plus larges que l’UE (Erasmus…) ou n’ayant rien à voir avec l’UE (CERN, Arianespace, Airbus)

Il n’est pas question ici de réellement sortir de l’Union Européenne, même si je comprends subtilement qu’il s’agirait de désobéir aux règles de l’UE. Je m’interroge beaucoup sur la faisaibilité d’un telle position.

C’est un point essentiel puisqu’il est certain, qu’avant d’aborder tout programme économique, il faut régler la souveraineté des Français vis-à-vis de l’Europe et des politiques économiques…

Arnold Schwartzenprout

14/11 (14:35)

avatar

nombre messages : 7403

Membre

Perso, dans le point 2, une chose m’inquiète : comment déterminer ce que la nature peut produire ? Pour certaines productions, c’est plutôt facile, pour d’autres, ça l’est carrément moins.

Pour le point 3, je pense que c’est une supercherie. Les décisions ne se prennent pas unilatéralement mais à 27. En fait le point 3 n’est absolument pas possible. La seule solution est un FREXIT. Et JLM le sait, ce que je ne comprends pas c’est pourquoi maintenir dans un programme quelque chose d’impossible à obtenir, plutôt de d’assumer ce fait et d’expliquer la seule solution possible.

___

Bug non reproductible. Pour la cinquième fois. [:=]
Intolérance zéro.
Le Benjamin Malaussène de KI. [:)]

Megalion

14/11 (15:57)

avatar

nombre messages : 3790

Membre

Grabuge Tripenfer a écrit :

> Il n’est pas question ici de réellement sortir de l’Union Européenne, même si je comprends subtilement qu’il s’agirait de désobéir aux règles de l’UE. Je m’interroge beaucoup sur la faisaibilité d’un telle position.

Il n'est pas question de sortir de l'UE, mais qu'est-ce qui se passe si, par hasard, le reste de l'UE n'est pas d'accord? [8(]

> Il y aurait une volonté de supprimer la privatisation du secteur de l’énergie en nationalisant GDF/EDF, passer au 100% renouvelable d’ici à 2050, abandonner les EPR. Sur ce point précis, pensez vous que cela soit utopique ?

Ça veut dire qu'on passera au gaz naturel et/ou charbon (le premier étant passé discrètement comme "écologique" dernièrement, le second largement disponible avec les ressouces entre la France et l'Allemagne). C'est parfaitement possible et faisable. Après tout les allemands sont sur le point d'avoir la grande majorité de leur puissance installée en renouvelable, avec les plus grosses centrales au charbon d’Europe en backup. Ils en ont d’ailleurs inauguré une nouvelle cette année si je dis pas de bêtises. Et on a inauguré une nouvelle centrale au gaz en Bretagne pour fonctionner avec les énergies renouvelables installées.

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

[ce message a été édité par Megalion le 14/11 à 16:15]

Nain Satiable

14/11 (19:55)

avatar

Comte Ruthvenville

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Ruthvenville

Ce message a été modéré

Je cite : "Je me fous du candidat, je voudrais vraiment parler de certaines propositions "phares" pour les critiquer."

[modéré par Éaque le 15/11 à 09:05]

Déjà, quelqu'un qui parle de sortir du nucléaire, de 100% de renouvelable, c'est déjà quelqu'un qui, soit te prend pour une truffe, soit est un incompétent notoire.
Toute personne qui a étudié plus de 15minutes la problématique de la production d'électricité et de la grille électrique sait que c'est intenable. Et non, avoir des coupures de courant dès que le vent s'arrête n'est pas une solution. Les machines aiment rarement les coupures brutales.
Mais chez les "écologistes" ignorants, parler de voitures électriques, de fin du nucléaire, d'énergie renouvelable, ça marche. Et comme c'est une partie de l'électorat visée par Mélenchon, ça semble donc cohérent. Le fait que ce soit un non sens scientifique et technologique, c'est totalement secondaire.

Concernant la Constitution, elle a beau avoir quelques défauts, elle est quand même vachement bien comme elle est. Alors vouloir la modifier pour avoir une énième République parlementaire, ça sent bien le fiasco annoncé, si nous nous retournons vers les essais du passé, voire ce qui se passe chez nos voisins. Et qui dit fiasco dit, qu'est-ce qu'il y aura ensuite? La Constitution étant le garant ultime de l’État de droit libéral, il vaut mieux bien y réfléchir avant d'essayer de la faire sauter. Et c'est d'autant plus dangereux quand nous parlons d'un parti extrémiste à forte tendance autoritariste. Parce que le coup de la Constitution pas appliquée par des individus du même genre, on nous l'a déjà fait.

Et alors le truc sur l'Europe, c'est carrément utopique. Cela ressemble plutôt à vouloir imposer son point de vue aux autres. C'est sûr que c'est le meilleur moyen de bien s'entendre. [:D] Et l'indépendance des banques centrales est ce qui est arrivé de mieux depuis bien longtemps, alors merci de les laisser tranquilles.
Et parler d'austérité pour la France, c'est un peu une vaste blague. Disons le clairement.

Zip

___

"Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie."

[ce message a été édité par Nain Satiable le 14/11 à 19:56]

Onawa

14/11 (20:21)

avatar

nombre messages : 8311

Citoyenne

Kraland

Domicile : Bottine

Megalion a écrit :

On n'est pas supposés passer au charbon si on passe au renouvelable. Je comprends toutefois pourquoi tu dis ça, si on vient à fermer radicalement nos centrales nucléaires en attendant qu'un jour on décide de se lancer dans le renouvelable.

Du coup quelle est la capacité du réseau à intégrer le renouveable dans sa production ? Actuellement on est à 11% (Chiffres de 2019)

Jusqu'où peut-on monter dans faire disjoncter le réseau ?

Par ailleurs, ce programme semble miser sur une baisse de la consommation d'énergie. On ne peut pas combler les besoins gargantuesques en énergie de notre économie juste en faisant du renouvelable, c'est aussi à prendre en compte.

Daska

14/11 (20:22)

avatar

nombre messages : 6978

Membre

Ce message a été modéré

Pas d'attaque personnelle

[modéré par Éaque le 15/11 à 09:09]

Zip

Concernant l'assemblée constituante, on va toujours se heurter à la très puissante propagande gaulliste mise en place dès la création de la Vème République et qui est toujours aussi imposante aujourd'hui : un régime parlementaire est le mal absolu. C'est un postulat de la vie politique française qui n'a jamais besoin d'être démontré mais qui continue à être répété inlassablement. Il existe bien un mouvement timide en faveur d'une démocratisation du système politique mais c'est un mouvement superficiel qui ne s'attaque qu'aux déformations anti-démocratiques les plus flagrantes de notre régime politique (par le RIC par exemple) mais il est encore extrêmement timide et surtout il a été associé dans l'imaginaire collectif aux Gilets Jaunes (et donc aux classes dangereuses). Mais l'idée fait néanmoins petit à petit son chemin et est discutée beaucoup plus librement ces temps-ci alors qu'elle était à peu près inimaginable il y a quelques années.

___

Oh, you shot yourself in the jaw. That's so Robespierre !

Nain Satiable

14/11 (21:47)

avatar

Comte Ruthvenville

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Ruthvenville

Ce message a été modéré

...et quand attaque personnelle il y a, on signale au lieu de surenchérir.

[modéré par Éaque le 15/11 à 09:10]

Daska a écrit :

Zip

Mais si tu veux discuter des avantages et inconvénients d'un régime parlementaire, je suis partant. Par contre, comme un régime parlementaire est un concept relativement vague, il faudrait déjà converger sur un type plus précis de régime.
Personnellement, la vision de Sieyès d'une monarchie républicaine me semble bien plus appropriée. Même si je suis un fervent partisan de la suppression de la grâce.

___

"Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie."

Megalion

14/11 (22:24)

avatar

nombre messages : 3790

Membre

Onawa a écrit :

> On n'est pas supposés passer au charbon si on passe au renouvelable.

Ce n'est pas ce qu'on est supposé faire, mais c'est ce qu'on fait. l’Allemagne à une puissance phénoménale en renouvelable installée, capable de représenter les 3/4 de l'énergie produite les bons jours. Mais les autres jours, c'est le fossile qui prends le relais.

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

[ce message a été édité par Megalion le 14/11 à 22:26]

Michelle Mabel

14/11 (22:25)

avatar

nombre messages : 6178

Ministre de l'Information

Empire Brun

Domicile : Santa Banana City

Onawa a écrit :

En fait l'allemagne a fait le pari de supprimer le nucléaire pour faire du renouvelable.
Du coup ils rouvrent des centrales à charbon et produisent 10 fois plus de CO2 que la France.

C'est ça le modèle à suivre selon les "écolos" qui se fichent de la science.
On peut les appeler des "pro-réchauffement climatique". Et dedans on mets LFI, et aussi bien sûr EELV qui n'ont de vert que le nom.

Onawa

14/11 (22:26)

avatar

nombre messages : 8311

Citoyenne

Kraland

Domicile : Bottine

Megalion a écrit :

Oui mais si on veut poursuivre le débat sur l'intérêt du renouvelable, peut-on parler du renouvelable ? La propension d'un gouvernement à faire n'importe quoi pour des raisons électorales c'est un autre débat.

Forum > Politique & Société > Débat contradictoire sur l'Avenir en commun

1 | 2 | 3 | 4 | 5