pied gauche

 

Politique & Société

Forum > Politique & Société > Les articles de presse du jour

1 | ... | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | ... | 89

Gonzo

23/10 (11:54)

nombre messages : 1

Visiteur

John McTavish a écrit :

> > Mais soit. Le fait qu'un site qui sert à référencer (tel un moteur de recherche) ou un
> réseau social, doive retirer tout ce qui est "manifestement" un message de haine,
> sous 24 heures, sans demande d'un juge, ne te dérange pas ?
>
> Pas vraiment, non. Est-ce que l'on a vraiment besoin d'un juge là où un peu de bon sens suffirait ?
> A partir du moment où on fixe un cadre, qu'on définisse ce qui est "manifestement"
> un "message de haine" (par exemple ça,
> ce n'est pas tant un message de haine qu'un besoin maladif d'attention : je vois pas le problème
> à ce que cette vidéo soit blastée sans préavis).
>
>
> > Tu penses que ces sites là ont les effectifs nécessaires (avec le niveau juridique nécessaire
> qui plus est, pour savoir reconnaître ce qui est illégal ou non) en 24 heures, voir même une
> heure dans certain cas ?
>
> Est-ce que je pense que Google et Facebook ont des moyens matériels, financiers, techniques
> et humains pour mettre en place un système de modération ?
> C'est une vraie question ou c'est rhétorique ?

J'aime pas vraiment le ton de la réponse de Satori (un peu trop passif-agressif, alors que tu ne fais que poser des questions), mais les sujet qu'il aborde sont très juste.

ici, au delà du problème de moyens (on parle de demander aux gafas de régler la question en 24h, je ne suis même pas sûr qu'on demande à un juge des référés de tenir un tel délais... Doit-on en déduire que l'état n'a pas autant de ressource que les gafas ?), se pose aussi la question de déléguer le pouvoir judiciaire aux gafas. Parce que c'est bien ça, le coeur de la question qui est soulevée : au-delà de la question des moyens, ça implique que c'est aux gafas de juger l'affaire et de décider si le contenu est conforme à la loi ou non : c'est donc les gafas qui se retrouvent aux mains du pouvoir judiciaire.

Avec, comme l'évoque Satori, une situation où la gafa, pour se sécuriser, a intérêt a tout virer systématiquement : elle ne risque rien si elle censure de façon inappropriée, mais elle risque si elle ne censure pas. Le principe d'un juge, c'est que primo il ne risque pas personnellement selon la décision qu'il prend, et secundo, il prend le temps qu'il faut pour écouter les deux parties et prendre connaissance de l'affaire ; le principe d'un juge des référés, c'est en gros les même, en ajoutant en plus une contrainte de temps (il doit prendre une décision rapidement), mais en libérant une contrainte légale : sa décision n'est pas la décision définitive légale, et l'affaire devra être jugés par la suite pour obtenir la décision définitive.

(si tu ne connais pas le principe d'un référé, déjà tu ne devrais pas te fier à moi parce que je ne suis pas juriste et écris sans doute des conneries, ensuite, le principe général est qu'il y a une gêne qu'on ne peut pas laisser perdurer jusqu'au jugement, c'est donc le juge des référé qui juge si l'on doit la faire disparaître ou non en attendant le jugement - mais sa décision ne préjuge pas du jugement, et donc si le jugement définitif peut aller contre la décision prise en référé. Pour l'appliquer à un cas de cyber-harcèlement, le référé pourrait décider que la publication doit être rendue inaccessible parce qu'elle porte atteinte à des personnes, mais le jugement définitif par la suite pourrait décider qu'il n'y a pas de harcèlement et donc que la publication peut être de nouveau accessible. Ou l'inverse.)

Bref, dans le cadre de la loi Avia, la gafa se substitue au juge des référé (est-ce une bonne chose d'offrir ainsi notre système judiciaire aux gafas ?), sans avoir à respecter de principe de droit (pas de contradictoire etc), sans qu'il y ait de jugement réel par la suite, et enfin en étant encouragé à agir de façon punitive (tout censurer sans que ça pose de risque).

C'est très bien pour des structures qui ont de l'argent et les moyens d'amener l'affaire devant la justice : si la gafas reçoit une plainte de les LR vs Coca, elle a sans doute les ressource à investir pour étudier l'affaire, censurer parce qu'elle doit le faire de toute façon, et proposer un arbitrage aux deux parties. Si elle reçoit une plainte des LR (ou Coca) vs un random ou d'un random vs les LR (ou Coca), elle peut juste ignorer le random sans prendre de gros risque (dans le second cas, elle se doute bien que si les LR ou Coca ont réellement fait une publication illégale, ça ira en justice de toute façon - et qu'ils ont suffisamment l'habitude des formulations ambigües pour que la gafa puisse dire "à ben on n'avait pas vu que c'était illégal, pas de chance").

Par contre, pour les randoms, ça veut dire censure systématique sans même étudier le contenu. De toute façon la gafa ne risque rien si elle censure abusivement : c'est moins coûteux et moins risqué de ne même pas regarder la publication censurée et la censurer. (Allez, je vais concéder, en terme de concurrence, la plate-forme qui fera de la censure systématique perdra des parts de marché face à la plate-forme qui mettra en place une modération nulle à base de recherche de mots-clé dans le texte).

Tu connais le principe de ne pas être juge et partie ? C'est exactement ça : le gafa est l'une des partie de l'affaire, parce qu'elle a des intérêt financiers à ne pas se mettre à dos les LR ou Coca. Par contre, se mettre à dos un random, elle s'en tape.

Alors, on pourrait changer la loi et partir du principe que la gafa doit prendre des décisions juste, étudier les dossier etc... Ce à quoi la gafa exigera, à juste titre, qu'elle ne puisse pas être attaqué pour sa décision (si on demande à quelqu'un de se substituer à la justice, c'est pas pour lui dire ensuite "ah mais on vous attaque en justice parce que vous avez pas pris la bonne décision". Il existe des procédures pour casser des jugement - appel, cassation, CEDH - mais pas pour attaquer les juges qui ont pas pris la bonne décision). En somme, on en arrive au principe de carrément mettre les gafas au-dessus des lois (pour au moins certains points).

Bref, ce long développement pour effleurer le problème de substituer les gafa à la justice - au-delà de la question des moyens.


Note : j'avais vu une proposition qui, elle, ne substituais pas la gafa à la justice et ne l'encourageait pas à censurer :
1/ bouton "signaler un contenu illégal" sous les publications, avec une liste de raisons (et éventuellement des moyens de faire correspondre ces raisons à des extraits du texte).
2/ la personne ayant publié reçoit une notification "contenu signalé comme illégal", avec les explications.
3/ elle peut retirer sa publication, ou la maintenir (éventuellement avec la possibilité d'éditer ?).
4/ Si elle maintient, c'est envoyé en justice.

Tout ceci peut être fait automatiquement, mais rien n'empêche la gafa d'installer une modération entre l'étape 1 et 2 par exemple pour éviter les signalement abusifs (ou ajouter une case "signalement abusif" à l'étape 3, etc) : même si la modération serait encouragée à envoyer les trucs en 2 pour éviter les problèmes à la gafa, de toute façon elle ne censure pas.

Comme tu peux le voir, ici l'esprit est différent : la gafa fait l'intermédiaire, elle ne se substitue pas à la justice.

Mais, ce n'est pas ce que veulent les députés : ce qu'ils veulent, c'est au contraire réduire les moyens de justice, donc ne pas lui filer du taf, et privatiser la justice en la mettant aux mains des entreprises. Il savent (pensent ?) que, de toute façon, eux sont du bon côté de la barrière : ils font partie de la classe sociale qui aura toujours accès à la justice, qu'est-ce que ça peut leur foutre que les pauvres n'y aient plus accès ?

John McTavish

24/10 (16:40)

avatar

Membre

Gonzo a écrit :

> J'aime pas vraiment le ton de la réponse de Satori (un peu trop passif-agressif, alors que tu ne fais que poser des questions), mais les sujet qu'il aborde sont très juste.

C'est son modus operandi, je ne le prends pas personnellement [:,]

Mais merci pour cet éclairage, c'est instructif.

[ce message a été édité par John McTavish le 24/10 à 16:40]

Arnold Schwartzenprout

08/11 (21:51)

avatar

nombre messages : 7551

Membre

Et m**** ...

___

Bug non reproductible. Pour la cinquième fois. [:=]
Intolérance zéro.
Le Benjamin Malaussène de KI. [:)]

Daska

08/11 (22:16)

avatar

nombre messages : 7143

Membre

J'ai du mal à voir en quoi ça te défrise.

___

Oh, you shot yourself in the jaw. That's so Robespierre !

Arnold Schwartzenprout

08/11 (23:05)

avatar

nombre messages : 7551

Membre

Et bien j'estime qu'il y a moins clivant que lui au sein de la FI. Ca me fait penser à ces vieux arbres qui empêchent les jeunes pousses de croitre. Sa candidature empêche celle de potentiels candidats plus rassembleurs que lui. Evidemment, je pense à Ruffin, mais il y en aurait d'autres.
Il dit qu'il n'y avait pas d'autres candidats, à voir... Il dit aussi vouloir une investiture populaire de 150 000 citoyens. On verra bien, mais j'ai peur que ses sorties du genre "la République c'est moi", mène son mouvement à l'échec, et le rejet de sa personne risque de profiter à l'extrême droite. Là aussi nous verrons, en tout cas sa candidature est pour moi une mauvaise nouvelle.

___

Bug non reproductible. Pour la cinquième fois. [:=]
Intolérance zéro.
Le Benjamin Malaussène de KI. [:)]

Daska

20/11 (16:25)

avatar

nombre messages : 7143

Membre

Faites barrage, faites barrage...

L'impunité des policiers violents n'étant pas encore assez totale, il est indispensable de l'assurer à tout prix.

___

Oh, you shot yourself in the jaw. That's so Robespierre !

Raton en Iska

22/11 (21:11)

avatar

Modérateur

Quand les statistiques démontrent que les États-Unis ne sont pas une démocratie.
Plus précisément, cet article démontre, sur la base de près de 1700 changements législatifs sur 20 ans, que seule l'opinion des 10% les plus riches a une influence sur les réformes adoptées (et que donc, l'opinion des 90% les plus pauvres n'en a aucune). Ils appellent ça un "money driven political system", en bon grec le terme est "ploutocratie".
Dommage qu'il n'y ait pas d'étude similaire pour la France et les autres pays del'OCDE.

[ce message a été édité par Raton en Iska le 22/11 à 21:13]

Un[*b]curieux

23/11 (13:27)

avatar

Membre

Gérard Khan a écrit :

> Quand les statistiques démontrent que les États-Unis ne sont pas une démocratie.

Excellent ! Merci beaucoup !

[ce message a été édité par Un[*b]curieux le 23/11 à 13:27]

Daska

25/11 (17:39)

avatar

nombre messages : 7143

Membre

Megalion

25/11 (17:54)

avatar

nombre messages : 3933

Membre

Le nucléaire (bon) et l'hydro (???) risquent prochainement de perdre leur taxation en tant qu'"énergie durable". Voila, voila.

___

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. " F. Nietzsche

Forum > Politique & Société > Les articles de presse du jour

1 | ... | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | ... | 89