pied gauche

 

Culture

Forum > Culture > Anime/Manga/Light Novels : C'est nippon, ni mauvais

1 | ... | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | ... | 63

Massimo Bill

21/12/17 (00:41)

avatar

Membre

Merci lady Migra; j'ai vu cet épisode 11.

Mahoujin Guru Guru (2017) vient également de se terminer et c'était très bien ; je recommanderais cette série. En particulier c'est très drôle.

[ce message a été édité par Massimo Bill le 21/12 à 00:43]

Compte détruit

29/12/17 (00:51)

avatar

nombre messages : 1

Je sais pas si c'est passé dans le fil de la discussion.

Quelqu'un sait si Inuyashiki est une bonne série à regarder ? Et Overlord : Le roi Mort-Vivant ?

Massimo Bill

01/01/18 (16:35)

avatar

Membre

Sa a écrit :

Quelqu'un sait si Inuyashiki est une bonne série à regarder ? Et Overlord : Le roi Mort-Vivant ?


Je suis quasi sûr qu'on n'a pas parlé de Inuyashiki qui est assez récent. Je n'ai pas accroché mais sur le papier ça a l'air bien. En vrai j'ai déjà oublié ce qui me déplaisait, mais c'est peut-être juste l'esthétique.

En revanche Overlord est une série assez populaire. Elle ne m'a pas marqué mais ça ne veut pas dire que ce n'est pas bien (et je l'ai regardée dans de mauvaises conditions). Apparemment une saison deux est justement en train de démarrer.

[ce message a été édité par Massimo Bill le 01/01 à 16:35]

Lady Migra von Dograde

02/01/18 (15:32)

avatar

Comte Dograde

Royaume de Ruthvénie

Domicile : Dograde

A ses pires moments, Inuyashiki se complait à mettre en scène le pire de l'humanité accomplissant des actes abjects, manipulant ouvertement les spectateurs à soutenir le bon héros justicier qui punit les méchants avec une effroyable brutalité. (L'épisode avec le mafieux qui fait kidnapper une jolie vendeuse au hasard juste parce qu'il a besoin d'un nouveau sac de viande pour mettre sa bite est particulièrement spectaculaire en la matière.) C'est efficace, mais franchement déplaisant à regarder.

Heureusement, la série vaut mieux que ça globalement. Elle contient des pépites d'humour noir, une exploration assez intéressante des ressorts de l’héroïsme, et fourmille de petits détails bien observés sur les comportements de masse dans notre société moderne. C'est aussi extrêmement bien réalisé, avec une précision impressionnante dans l'usage de la bande son et d'animation 3D pour les effets spéciaux. (C'est justement cette qualité d'exécution qui rend plus difficile à supporter les moments les plus graphiques et les plus abjects.)

Oh, et il y a une vraie fin, ce qui est suffisamment rare de nos jours pour être signalé.



Ce qui n'est absolument pas le cas d'Overlord ; j'ai regardé toute la première saison et je ne suis toujours pas sûr d'où l'auteur veut en venir. Ce n'est pas aidé par une tendance à partir dans des diversions assez étonnantes à chaque nouvel arc. (Le concept est que le "héros" se retrouve pour de bon à la place du Seigneur des Ténèbres qu'il incarnait dans un MMORPG. Il est donc assez surprenant qu'après une première phase rapide de consolidation de sa position et de présentation de ses différents sous-fifres, il passe l'essentiel du reste de la première saison à s'inventer une autre identité de mercenaire d'élite pour parcourir le reste du monde incognito.) Le fait qu'il y ait là aussi une certaine complaisance dans le portrait de méchants horribles juste pour que le protagoniste apparaisse justifié à les tuer brutalement n'aide pas. (Encore que le surjeu hallucinant d'Aoi Yuuki en vient presque à justifier à lui seul toute la séquence avec Clementine.)

C'est une série qui me paraissait intéressante au début, mais m'a de moins en moins convaincu au fur et à mesure de sa progression. La deuxième saison aura un sacré boulot à faire pour conserver mon intérêt.

Liz Euse

02/01/18 (17:00)

avatar

Citoyenne

Paradigme Vert

Domicile : Gynerak

Lady Migra von Dograde a écrit :

Il est donc assez surprenant qu'[...] il passe l'essentiel du reste de la première saison à s'inventer une autre identité de mercenaire d'élite pour parcourir le reste du monde incognito.



Ben non, pas tellement en fait. Il a besoin d'une identité officielle pour pouvoir agir au vu et su de tous (et pouvoir éventuellement dialoguer avec autrui pour avoir des informations sur l'endroit où il se trouve). Il pourrait évidemment agir en vil Seigneur des Ténèbres en utilisant la force pour obtenir ce qu'il veut, sauf qu'en fait à l'intérieur du squelette, c'est Jean-Jacques, employé de bureau lambda, qui est quand même un brin gêné de se retrouver dans cette situation. Outre ça
Spoiler
Donc y aller en mode violent c'est pas nécessairement la bonne idée du siècle.

Pis, je me souviens plus trop de ce qui se passe dans la première saison, mais ça m'avait pas spécialement marqué ce côté vilain-très-méchant chez les antagonistes.
Sauf Clémentine ouais. Là on a un cas bien particulier.

J'ai pas encore vu le premier épisode de la deuxième saison, mais j'ai cru voir sur l'image de l'épisode qu'il y aurait les lézards dans cette saison. Pour le coup, là ça va pas être un arc où les vilains ils sont rien-que-trop-vilains-pas-beaux,
Spoiler
. Je me rappelle pas trop de ce qu'il devrait y avoir d'autres dans la saison sinon o/

[ce message a été édité par Liz Euse le 02/01 à 17:01]

Massimo Bill

04/01/18 (21:20)

avatar

Membre

J'ai pris le temps de revoir Overlord (car j'envisage de regarder la saison 2) et je suis plutôt d'accord avec Migra : c'est super confus. De plus je trouve assez difficile de m'intéresser aux aventures de ce protagoniste totalement OP. Et ce n'est pas spécialement joli ni bien animé (je dirais même que c'est assez paresseux).

Par ailleurs il est assez choquant que ce soit encore un de ces settings où le protagoniste se retrouve coincé dans un univers de jeu vidéo ; et qu'il s'en foute*. Passé la surprise initiale, jamais il ne semble se demander comment il pourra retourner au monde réel ; et le fait d'être devenu un mort-vivant n'apporte aucun sentiment d'horreur alors que ça aurait pu être vaguement intéressant. Par contre il s'étonne sans cesse de rencontrer des monstres et des sorts du jeu qu'il n'a jamais quitté, alors que ça semble totalement normal.

* Là où dans SAO, quitter le jeu est un but. Dans Log Horizon, les protagonistes se posent pas mal de questions à ce sujet. Dans Re:Zero, le protagoniste trouve ça explicitement cool, et on a vu que son passé dans le monde réel était merdique. Dans Grimgar les protagonistes n'ont pas conscience d'être dans un jeu vidéo. Etc. Ici, juste on ne sait rien de la vie du protagoniste et il s'en fout.

Massimo Bill

15/01/18 (21:39)

avatar

Membre

En ce moment je trouve Pop Team Epic/Poputepipikku extrêmement drôle. C'est complètement troll par contre comme série. J'avais déjà lu un peu du matériau de base après être tombé sur cette image :

Spoiler


(Chose très particulière, chaque épisode dure 20 minute - ce qui est classique - mais est divisé en deux parties identiques au voice acting et aux doublages près. Il y a donc un générique au bout de dix minutes, puis tout recommence avec des voix différentes).

Sinon j'aime beaucoup le manga dont est tiré Karakai Jouzu no Takagi-san, c'est une sorte de comédie romantique que je trouve très relaxante. L'adaptation animée a l'air un peu molle par contre.

D'autres séries ont l'air cool, mais j'attends qu'il y ait plusieurs épisodes pour les commencer.

[ce message a été édité par Massimo Bill le 15/01 à 21:43]

[*n]Oshiwa[*r]

17/01/18 (17:55)

avatar

Membre

Faye Strudel a écrit :

> Sinon j'aime beaucoup le manga dont est tiré Karakai Jouzu no Takagi-san, c'est une
> sorte de comédie romantique que je trouve très relaxante. L'adaptation animée a l'air un peu
> molle par contre.

J'ai regardé les 2 premiers épisodes, et je trouve qu'il manque un petit quelque chose.
Sinon j'ai aussi testé le premier épisode de Koi wa Ameagari no You ni, et je trouve surprenant que l'on traite de la différence d’âge dans un "couple". L'anime est bourré de métaphore visuelle, et c'est pas pour me déplaire.

Massimo Bill

19/01/18 (23:34)

avatar

Membre

Pau Mankdoe a écrit :

Sinon j'ai aussi testé le premier épisode de Koi wa Ameagari no You ni, et je trouve surprenant que l'on traite de la différence d’âge dans un "couple". L'anime est bourré de métaphore visuelle, et c'est pas pour me déplaire.


J'avoue c'est assez mignon. L'animation est un peu cheap (et sans surprise quand on regarde le casting au générique c'est manifestement sous-traité au Vietnam) mais je pense regarder la suite.

Concernant spécifiquement ceci :

je trouve surprenant que l'on traite de la différence d’âge dans un "couple"


Ce n'est pas fréquent, mais ce n'est pas inédit non plus. En 2017 j'ai oublié son titre mais je suis à peu près sûr qu'il y avait une série sur une étudiante tombant amoureuse de son professeur. Tu as aussi The Garden of Words (très sympa visuellement ; c'est du même réalisateur que Your Name et les backgrounds sont là aussi très réussis). Sans parler de tous les cas où c'est du point de vue de l'ainé et présenté comme pervers, comme GTO ou Bakemonogatari.

En manga il y a un truc que je trouve assez sympa, qui s'appelle After Hours ; c'est du Yuri très soft avec une femme au début de la vingtaine qui se met en couple avec une femme qui approche la trentaine (ce qui est bien évidemment beaucoup moins borderline que ce qui se passe dans Koi wa Ameagari no You ni). Apparemment ce n'est pas édité en France pour le moment et j'ai lu ça sur un site de scans anglophone (mais il y a très peu de chapitres dispos pour le moment).

[ce message a été édité par Massimo Bill le 24/01 à 20:46]

Tirodem

20/01/18 (03:12)

avatar

nombre messages : 18858

Membre



La découverte originale de la soirée entre deux sessions de boulot : Beastars, de Paru Itagaki.
Alors, comment décrire... essayons :
- c'est un peu les Petits Malins en fin d'adolescence
- c'est un peu Zootopia, mais la partie sombre de l'univers étendu
- c'est un peu Blacksad à la fac

Dans un monde peuplé d'animaux anthropomorphiques, l'histoire s'axe autour des participants du club de théâtre de la Cherryton School.
Dès le début, l'un de ses membres, Tem, un alpaca, se fait dévorer par un camarade, un prédateur.
Legosi, un loup gris commun de 17 ans, timide et réservé (voire même un peu creepy et franchement asocial), travaille dans ce club comme technicien lumière. Très vite, son attitude étrange quant à la mort de Tem le fait passer pour le coupable. Il s'avère au final que non (enfin, jusqu'où j'en suis), mais derrière son calme apparent, Legosi lutte contre ses pulsions et renie son statut naturel de prédateur carnivore. Il veut juste d'une vie simple, sans histoire, qui lui permette de rester dans son coin.
Les choses se compliquent avec son entourage. Louis, jeune cerf élaphe d'une famille noble, acteur star et figure emblématique de l'établissement, veut faire sortir le grand méchant loup de ses gonds pour en faire un de ses pions. Bill, tigre du bengale, veut au contraire du loup assumer son statut de prédateur carnassier alpha, n'hésitant pas à jouer avec le sulfureux, en se dopant au sang d'herbivore acheté à un punk ou en mangeant le doigt vendu par un mendiant dans le ghetto pour prouver qu'il n'est plus un enfant. Et enfin Haru, jeune lapine naine, seule membre du club de jardinage et réputée comme étant la fille facile de l'école. Lorsque Legosi la rencontre pour la première fois, il manque de la dévorer et s'en retient in extremis. Une fascination particulière pour elle naît en lui, sans qu'il sache s'il s'agit de culpabilité, de désir de prédation ou d'attirance sentimentale naissante.

Bref, le dessin est original, l'écriture est bonne, les personnages sont attachants, le thème est indescriptible pour ce slice of lice inclassable, et j'ai été très touché par le personnage de Legosi, qui lutte contre ce qu'il est, contre ses pulsions, contre la violence et pour pouvoir s'intégrer à la société malgré ses gênes, ses doutes, ses combats intérieurs et ses idéaux tabous aux yeux de ses pairs.

Bonne came, mais bien rare : si vous tombez dessus, n'hésitez pas à le dévorer !

___

Tirodem - blog
Cowboy sans vache, bluesman sans chapeau, auteur sans scrupule et ingénieur sans ambition.
"J'ai voulu reroll ivre à nouvel an mais le staff activation a eu une gueule de bois plus longue que la mienne."

[ce message a été édité par Tirodem le 20/01 à 03:13]

Forum > Culture > Anime/Manga/Light Novels : C'est nippon, ni mauvais

1 | ... | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | ... | 63